forum de rencontre sur Aix
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Robert Charles Wilson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
sf.marseille
Revenant
Revenant
avatar

Nombre de messages : 283
Age : 51
Localisation : Vitrolles
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Robert Charles Wilson   8/2/2007, 11:52

Salut,

Bon, puisque personne n'en parle, je me permet de relayer l'information diffusé par Laurent Schneitter de la Librairie de Provence concernant la venue de Robert Charles Wilson ce samedi 10 février. Malhereusement je ne pourrai pas être là.

Chose curieuse, j'ai lu la sermaine dernière sa nouvelle publié dans le dernier Bifrost _Divisé par l'infini_. J'ai eu quelques difficultés à comprendre l'ensemble de ce texte. Heureusement que les News-group sont très actif pour répondre à ce genre de demande. La réponse qui correspond le plus à ce que j'ai compris et lu mettait l'accent sur un vieux problème philosophique. "Nous n'avons jamais la preuve de notre mort". Nous voyons ceux qui nous entoures mourir et nous supposons qu'il doit en être de même pour nous. Pure hypothèse impossible à prouver. Nous pouvons donc supposer que nous sommes peut-être immortel etc... etc.

Je pense faire une relecture quand même de ce texte. Bref, autre chose currieuse j'ai dans la foullé commencé un roman de ce même auteur, BIOS publié en Folio SF, un des rares inédits sortie directement en poche. J'apprend aujourd'hui que l'auteur sera là et c'est fort regrettable pour moi.

Bref, en espérant que ceux qui y seront découvriront cet auteur comme je suis en train de la faire.

CE MESSAGE EST CERTIFIE SANS FANTASY.

AB+ Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sf.marseille.mecreant.org
Mureliane
Emprunteuse de romans
Emprunteuse de romans
avatar

Nombre de messages : 514
Localisation : Nice
Date d'inscription : 02/05/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   8/2/2007, 17:01

De lui, j'ai lu Darwinia Neutral , Les Chronolithes Mad et un autre roman (pas Bios) que j'ai oublié dès tourné la dernière page. Alors Wilson, pour moi Evil or Very Mad .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sf.marseille
Revenant
Revenant
avatar

Nombre de messages : 283
Age : 51
Localisation : Vitrolles
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   8/2/2007, 17:36

Salut,

Mureliane a écrit:
De lui, j'ai lu Darwinia Neutral , Les Chronolithes Mad et un autre roman (pas Bios) que j'ai oublié dès tourné la dernière page. Alors Wilson, pour moi Evil or Very Mad .

Tu es très généreuse. Tu as donnée trois chances à ce pauve Wilson avant de le bannir définitivement ? Son dernier, Spin semble être annoncé comme incontournable.

VOUS POUVEZ TOURNER ET RETOURNER CE MESSAGE DANS TOUS LES SENS
VOUS N'Y TROUVEREZ POINT DE FANTASY


AB+ Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sf.marseille.mecreant.org
ekwerkwe

avatar

Nombre de messages : 227
Localisation : Kesh Valley
Date d'inscription : 13/10/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   8/2/2007, 18:49

sf.marseille a écrit:
La réponse qui correspond le plus à ce que j'ai compris et lu mettait l'accent sur un vieux problème philosophique. "Nous n'avons jamais la preuve de notre mort". Nous voyons ceux qui nous entoures mourir et nous supposons qu'il doit en être de même pour nous. Pure hypothèse impossible à prouver. Nous pouvons donc supposer que nous sommes peut-être immortel etc... etc...

Voui mais non. En tous cas, arrivée à l'âge vénérable de 248 ans, je vais au moins me poser la question de ma mortalité (ou de mon immortalité). Donc la supposition ne tient au mieux qu'une bonne centaine d'années?
Vivre en tenant pour acquis que l'on va mourir me semble beaucoup plus logique.
En fait ça fait un bon quart d'heure que je suis devant mon ordinateur à taper cette réponse à ton post en me creusant les méninges, et non, pas moyen de me représenter cette éventualité.

REPONSE CERTIFIEE SANS FANTASY.

_________________
"In Xanadu did Kublaï Khan
A stately pleasure-dome decree..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sf.marseille
Revenant
Revenant
avatar

Nombre de messages : 283
Age : 51
Localisation : Vitrolles
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   9/2/2007, 11:37

Salut,

ekwerkwe a écrit:
Voui mais non. En tous cas, arrivée à l'âge vénérable de 248 ans, je vais au moins me poser la question de ma mortalité (ou de mon immortalité). Donc la supposition ne tient au mieux qu'une bonne centaine d'années?
Vivre en tenant pour acquis que l'on va mourir me semble beaucoup plus logique.
En fait ça fait un bon quart d'heure que je suis devant mon ordinateur à taper cette réponse à ton post en me creusant les méninges, et non, pas moyen de me représenter cette éventualité.

Inutile de te torturer à ce point, nous savons tous comment se fini l'histoire Twisted Evil .

Bref, comme le signale la présentation du texte, Wilson n'est pas facile à suivre et je suis de ceux qui ont du mal. En tout cas, moi ce qui me fait réagir et réfléchir ces cette perception de la mort coté héro/personnage. Comment en avoir la preuve ?

TOUTE TRACE DE FANTASY A ETE SUPPRIMEE DE CE MESSAGE.

AB+ Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sf.marseille.mecreant.org
Almuric
Connaisseur
Connaisseur
avatar

Nombre de messages : 664
Age : 117
Localisation : Ninive
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   9/2/2007, 18:48

Ah !!! Enfin....
Mon sf-marseille et moi on est ok, je nage dans le bonheur. Wilson est un très grand!!! cheers


TOUT LA QUINTESSENCE DE LA FANTASY EST CONTENUE EN PUISSANCE DANS CE MESSAGE.

LES MESSAGES DE SF-MARSEILLE CONTIENNENT DES MESSAGES SUBLIMINAUX, ILS INCITENT EN FAIT A NE LIRE QUE DE LA FANTASY. santa

Almuric, qui aime bien son sf-marseille.... clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehirstö
Floodeur révolutionnaire
Floodeur révolutionnaire
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 27
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   9/2/2007, 19:12

Je ne connais(sais) pas cet auteur mais la question sur la mort, qu'il met en avant, m'a l'air plutôt interressante Smile

J'irais bien fouiner un peu dans ces romans affamé
Une ptite question, dans chacun de ces romans il fait de la philo ou c'est juste dans celui-là?



Message à caractère Fantasy, Interdit au minimum aux lecteurs de Sf Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Almuric
Connaisseur
Connaisseur
avatar

Nombre de messages : 664
Age : 117
Localisation : Ninive
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   9/2/2007, 21:42

Oui, il est souvent question de philosophie, mais diluée dans le fil d'un récit qui jamais ne lasse ou ne déçoit.... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sf.marseille
Revenant
Revenant
avatar

Nombre de messages : 283
Age : 51
Localisation : Vitrolles
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   12/2/2007, 15:34

Salut,

Ehirstö a écrit:
J'irais bien fouiner un peu dans ces romans affamé
Une ptite question, dans chacun de ces romans il fait de la philo ou c'est juste dans celui-là?

Je pense pas que tu trouveras ça par exemple dans BIOS. Le roman que je suis en train ou que j'essaye de lire Very Happy .

Je poste ici la liste des textes dipo en français. Il manque juste le dernier qui sort ce mois ci. Sinon, a propos des Fils du vent, contrairement à ce que laisse présager la couverture de l'édition J'ai Lu de 1994, ce n'est pas de la Fantasy... bien au contraire. La couverture de la réédition en Folio SF correspond bien plus au texte.

Nouvelles :
Un chevalier de l'antiquité (1986) A knight of antiquity
Haut de gamme (1986) State of the art
Figurants (les) (1987) Extras
Ballades à trois temps (des) (1987) Ballads in 3/4 time
Divisé par l’infini (1998) Divided by infinity

Romans :
Darwinia (1988) Darwinia
Fils du vent (les) (1989) Gypsies
Vice versa (1990) The divide
Vaisseau des voyageurs (le) (1992) The harvest
Mysterium (1994) Mysterium
BIOS (1999) BIOS
Chronolithes (les) (2001) The chronoliths
Blind lake (2003) Blind Lake

AB+ Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sf.marseille.mecreant.org
Aphraël
Gentille Chef
Gentille Chef
avatar

Nombre de messages : 2082
Age : 32
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   14/2/2007, 12:48

Je viens de recevoir un mail de Laurent m'annonçant que l'auteur serait là le 10 mars.

Tout n'est pas perdu Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.troispetitspoints.net/
Almuric
Connaisseur
Connaisseur
avatar

Nombre de messages : 664
Age : 117
Localisation : Ninive
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   14/2/2007, 13:10

sf.marseille a écrit:
Salut,

Ehirstö a écrit:
J'irais bien fouiner un peu dans ces romans affamé
Une ptite question, dans chacun de ces romans il fait de la philo ou c'est juste dans celui-là?

Je pense pas que tu trouveras ça par exemple dans BIOS. Le roman que je suis en train ou que j'essaye de lire Very Happy .

Je poste ici la liste des textes dipo en français. Il manque juste le dernier qui sort ce mois ci. Sinon, a propos des Fils du vent, contrairement à ce que laisse présager la couverture de l'édition J'ai Lu de 1994, ce n'est pas de la Fantasy... bien au contraire. La couverture de la réédition en Folio SF correspond bien plus au texte.

Nouvelles :
Un chevalier de l'antiquité (1986) A knight of antiquity
Haut de gamme (1986) State of the art
Figurants (les) (1987) Extras
Ballades à trois temps (des) (1987) Ballads in 3/4 time
Divisé par l’infini (1998) Divided by infinity

Romans :
Darwinia (1988) Darwinia
Fils du vent (les) (1989) Gypsies
Vice versa (1990) The divide
Vaisseau des voyageurs (le) (1992) The harvest
Mysterium (1994) Mysterium
BIOS (1999) BIOS
Chronolithes (les) (2001) The chronoliths
Blind lake (2003) Blind Lake

AB+ Laurent


Ce n'est pas non plus, de la sf au sens strict du terme..... geek
Mais je t'accorde qu'on peut faire rentrer dans la sf bon nombre de récits...

Almuric, qui préférait la couv de chez Jai Lu, plus rêveuse....flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sf.marseille
Revenant
Revenant
avatar

Nombre de messages : 283
Age : 51
Localisation : Vitrolles
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   14/2/2007, 15:57

Salut,

Aphraël a écrit:
Je viens de recevoir un mail de Laurent m'annonçant que l'auteur serait là le 10 mars.

Tout n'est pas perdu Very Happy


Effectivement... donc tout est possible Very Happy .

AB+ Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sf.marseille.mecreant.org
sf.marseille
Revenant
Revenant
avatar

Nombre de messages : 283
Age : 51
Localisation : Vitrolles
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   14/2/2007, 16:06

Salut,

Almuric a écrit:
Ce n'est pas non plus, de la sf au sens strict du terme..... geek

J'ai l'impression que tu assimile SF avec fusée et petits hommes verts.

Citation :
Mais je t'accorde qu'on peut faire rentrer dans la sf bon nombre de récits...

Généralement c'est la démarche inverse.

Citation :
Almuric, qui préférait la couv de chez Jai Lu, plus rêveuse....flower

au-delà des préférences je trouve qu'elle illustre très mal le récit. Celle de B. Carre chez Folio colle beaucoup plus au texte. Maintenant, la question que nous pourrions nous poser est l'importance qu'apporte une couverture. Pour moi, c'est le premier contact que j'ai avec l'ouvrage, et si c'est bien fait il permet d'ammorcer tout un imaginaire... globalement je suis tès *visuel*, dans le sens ou un texte suscite chez moi beaucoup d'image... puis il y a les couvertures qui tuent... celle de Caza par exemple, ou dans beaucoup cas, il pousse le détail qui fait la différence.

Bon, jette moi ce truc ignoble M. WHELAN, excellent habituellement, et rejoint les forces de l'alliance... Et pourtant, je n'aime pas les couvertures de chez Folio, le maquettage est merdique et ne ressemble à rien...

AB+ Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sf.marseille.mecreant.org
Almuric
Connaisseur
Connaisseur
avatar

Nombre de messages : 664
Age : 117
Localisation : Ninive
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   14/2/2007, 16:52

sf.marseille a écrit:
Salut,

Almuric a écrit:
Ce n'est pas non plus, de la sf au sens strict du terme..... geek

J'ai l'impression que tu assimile SF avec fusée et petits hommes verts.

J'ai l'impression que tu assimiles toutes les nuances des littératures de l'imaginaire avec SF...
Et je n'ai jamais assimilé pareillement la sf, mais pense que tu colles trop vite sf sur un roman qui relève plus d'un autre genre, comme le fantastique urbain. Ceci dit, lorsqu'il est question de pouvoirs paranormaux, le problème de choisir entre sf et fantastique est déjà posé, comme par exemple, Lovecraft avec ses entités extraterrestres et Brian Lumley et ses personnages dotés de pouvoirs parapsychiques qui en font des demi-dieux, cela complique toute tentative de catégorisation. Pourtant, je les pense plus dans un certain fantastique plutôt que dans la sf. Mais il est vrai que pour Sturgeon, par exemple, les histoires, bien que sf, peuvent relever de thématiques plus profondes en rapport avec un fantastique des profondeurs. C'est la même erreur qui est faite à mon sens pour Shelley et son Frankenstein, même si la thématique de surface (la création de la vie) peut relever de la sf, la thématique profonde (la femme et le monstre, l'auteur et sa fille, la création et la mort, le mythe de faust) , relève plus d'un certain Fantastique ainsi que de la psychanalyse....

Citation :
Mais je t'accorde qu'on peut faire rentrer dans la sf bon nombre de récits...

Généralement c'est la démarche inverse.

LES DEUX !!!

Citation :
Almuric, qui préférait la couv de chez Jai Lu, plus rêveuse....flower

au-delà des préférences je trouve qu'elle illustre très mal le récit. Celle de B. Carre chez Folio colle beaucoup plus au texte. Maintenant, la question que nous pourrions nous poser est l'importance qu'apporte une couverture. Pour moi, c'est le premier contact que j'ai avec l'ouvrage, et si c'est bien fait il permet d'ammorcer tout un imaginaire... globalement je suis tès *visuel*, dans le sens ou un texte suscite chez moi beaucoup d'image... puis il y a les couvertures qui tuent... celle de Caza par exemple, ou dans beaucoup cas, il pousse le détail qui fait la différence.

Bon, jette moi ce truc ignoble M. WHELAN, excellent habituellement, et rejoint les forces de l'alliance... Et pourtant, je n'aime pas les couvertures de chez Folio, le maquettage est merdique et ne ressemble à rien...

AB+ Laurent

Chacun ses goûts et ses sensibilités, je trouve Whelan plus chaud dans ses couleurs. Même si Carré est le fer de lance de la nouvelle illustration en France, et que chez folio il fait des merveilles, je te l'accorde. D'ailleurs, au final, j'aime bien les deux à égalité. Bon, il est vrai que Carré colle plus à l'histoire, mais celle de Whelan évoque aussi beaucoup de choses, et pas forcémment la fantasy....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ekwerkwe

avatar

Nombre de messages : 227
Localisation : Kesh Valley
Date d'inscription : 13/10/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   15/2/2007, 14:45

Dites, les experts, vous ne voudriez pas mettre des piti liens, non? C'est pas qu'on ne vous écoute pas causer avec délectation, mais là - moi en tous cas - je nage.

_________________
"In Xanadu did Kublaï Khan
A stately pleasure-dome decree..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehirstö
Floodeur révolutionnaire
Floodeur révolutionnaire
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 27
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   15/2/2007, 15:01

Chuis pas le seul ^^'
En tout cas dés que je finis tout les tomes de la Mallorée et compagnie je verrais pour acheter un roman de ce bonhome Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Almuric
Connaisseur
Connaisseur
avatar

Nombre de messages : 664
Age : 117
Localisation : Ninive
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   15/2/2007, 15:09

Tentes le coup avec " Darwinia ", c'est mon préféré....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehirstö
Floodeur révolutionnaire
Floodeur révolutionnaire
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 27
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   15/2/2007, 15:46

Oki, merci Wink *le note sur son petit calpin exprés pour les livres à acheter*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Almuric
Connaisseur
Connaisseur
avatar

Nombre de messages : 664
Age : 117
Localisation : Ninive
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   15/2/2007, 16:40

ekwerkwe a écrit:
Dites, les experts, vous ne voudriez pas mettre des piti liens, non? C'est pas qu'on ne vous écoute pas causer avec délectation, mais là - moi en tous cas - je nage.



Je ne donne que des cours particuliers.....clown Laughing

Pour être plus sérieux, je pense que c'est relativement simple. Les littératures de l'imaginaire sont soumises à de fausses lois, et il est vrai qu'on a tendance à catégoriser sf sous des référents trops évidents (robots, vaisseaux, laser, etc...) et là sf-marseille à tout à fait raison. Ce que j'essayais d'expliquer c'est qu'un roman peut très bien user de termes scientifiques ou du mois apparentés comme tels, sans pour autant relever de la sf. Il y a à mon sens une différence assez nette entre la matière qui sert à alimenter le corps d'une oeuvre (la table d'opération, l'usage de l'éléctricité via la foudre dans Frankenstein) et sa fonction dans la thématique générale. Si ces données ne sont là que comme des ingrédients pour nourrir un thème spirite ou surnaturel, par exemple, cela relèvera plus du Fantastique (la machine totalement invraisemblable du professeur dans La maison des damnés de Richard Matheson, à lire à tout prix !!!) que de la sf. A contrario, si dans un roman de sf (Hyperion) on dénote des éléments relevant plus de la surnature, la thématique pourra plus relever de la sf. C'est le cadre qui détermine souvent beaucoup de choses en sf. Si le cadre, à savoir le milieu dans lequel a lieu l'action (une autre planète) est soumis à des phénomènes surnaturels, le tout scientifique aura alors tendance à les ramener à des phénomènes nécessitant une analyse plus épistémologique (Alien). Dans le cas de Lifeforce (Les vampires de l'espace par Colin Wilson) , on a une conclusion quasi Lovecraftienne, ce qui du coup ramène le récit à du fantastique, même si la cadre de départ se déroule à partir de la découverte d'un vaisseau flottant dans l'espace dont on ramène les occupant sur terre. Le cadre, je pense (une autre planète, un vaisseau) , détermine beaucoup la manière avec laquelle on va statuer sur la validité et la valeur d'un phénomène inhabituel. A contrario, si les faits avaient lieu sur notre planète, sans usus de causes externes (rayon tombé d'une autre planète, comète, vaisseau, etc..) cela relèvera plus d'une sphère culturelle connue, la nôtre, ce qui impliquera des associations relatives à nos spiritualités et autres mythologies ou croyances (revenants, démons, sorcellerie, etc...) mais toujours rattachées à notre sphère terrestre, à la Terre.
Le paradoxe avec un écrivain comme Lovecraft, est que, même s'il est question d'ancienne race, de grands anciens, qu'on évoque une météorite tombant sur terre (la couleur tombée du ciel) cela relèvera toujours du fantastique. Pourquoi ? Tout simplement parce que l'univers mental de l'auteur ne fait à aucun moment référence à un univers connu ou à connaître, c'est à dire l'espace normatif tel que nous le pensons et le rêvons. Il n'y a plus rien à conquérir dans l'univers parallèle de lovecraft, puisqu'il a toujours existé indépendammant du notre et tente de reprendre en main un ancien territoire, à savoir la Terre. L'univers de Lovecraft, même s'il peut relever de certaines accointances avec la théorie du chaos, est un univers parallèle, définitivement coupé de notre sphère scientifique. Il est en dehors de notre échelle de valeurs et de notre système cognitif, d'où la folie qui s'empare de ces chercheurs de ténèbres que sont les Joseph Curwen et compagnie dans son oeuvre. Il se réfère plutôt à du cosmologique, du métapsychique, chose que peu de spécialistes ont relevé, tentant toujours vainement de rattacher l'oeuvre à une certaine sf, autre écueil de notre culture voulant tout ramener à du balisé, du rationnel. Or, l'univers de Lovecraft, même s'il relève quelque part des théories du chaos, est tout sauf rationnel, et il est surtout vierge, on ne peut en faire l'exploration sans le risque d'en payer le prix (transformé sur terre ou assimilé dans un limon infernale dans un univers parallèle) . Lumley en réalisera tout de même la conquête dans ses pastiches, même si c'est non valide au regard de l'oeuvre. dans les nouvelles de Randolph Carter, l'univers reste inviolé, le personnage n'y a rien changé, il est passé, alors que Eldin et david Hero dans le cycle de Lumley s'y aventure comme des Conan et cugel, insouciants et bâtrisseurs, comme des pionniers de la conquête de l'ouest. Lovecraft n'est ni de la sf ni du fantastique stricto senso, c'est une étrange altération du réel même, cela se voit même dans sa manière d'écrire, entropique, et cette ouverture, ce crédit envers un univers aux planètes trop anciennes pour renvoyer à notre propre carte du cosmos. La mythologie de Lovecraft est basée quelque peu sur les plus incroyables conclusions de la théorie du chaos, mais à aucun moment il n'est mis en scène des extraterrestres dont les configurations et les intérêts, seraient les mêmes que ceux d'un Wells. Les grands anciens de Lovecraft sont ceux qu'un nouvel ordre a fait basculer, l'ordre scientifique officiel, celui d'avant la théorie du chaos, ainsi que l'ordre des croyances, la religion. C'est en cela qu'on pourrait dire que Lovecraft pourrait s'assimiler à de la sf. Et pourtant, ça n'en est pas, car les ET de Lovecraft sont des quasi entités issues d'un univers parallèle où les planètes sont tenues par des espèces d'entité mémorielles qui instaurent des lois qui furent jadis de mise sur terre, avant la Bible, avant même les premiers temps. Ils ont leurs propres archives, leurs races inféodées, et leurs desseins sont aussi incompréhensibles que notre Dieu unique. Pas de vaisseaux, ils voyagent, translatent le temps et l'espace. Tout le conflit qui a cour dans l'oeuvre de Lovecraft est donc rattaché à cette ancienne domination perdue, que les anciens tentent parfois de reprendre, par l'irruption d'entités, ou les pratiques de certains sorciers issus de familles maudites ayant pactisé avec ce même univers parallèle. Les rites sorciers et infâmes ayant lieu sur terre sont des tentatives de renouer avec cet ancien éta, et leurs adorateurs renouent également avec une certaine hybridité, hommes poissons, etc..., ou au contraire retournent à un magma originaire, bouillie infernale animée d'une vie rampante...
Il y a toujours chez Lovecraft une idée d'inachevé, unn impossible état qui se solde par un échec de la fusion, de la mutation, comme si son univers parallèle, lui aussi, était définitivement voué à l'entropie, au basculement, à l'écroulement sur ses propres bases.

Ce que je disais, à propos d'un récit comme " Les fils du vent ", c'est qu'il s'agissait plus d'un fantastique urbain que de la sf à proprement parler. Le cadre de départ est familier, et la thématique est bien moin scientiste et balisée que prévue. Pas de référents scientifiques ne veut pas dire forcémment pas de sf, sf-marseille a raison, mais la thématique centrale, elle, par le floue qu'elle distille, est inévitablement fantastique. Parce qu'il y a une inconnue, parce que les phénomènes ne sont pas reliés à des théories scientifiques certaines ou dénotées par les personnages, parce qu'il n'y a pas d'élément réellement extérieur à la sphère humaine terrestre mais plutôt parapsychique, on ne peut pas dire à proprement parlé que c'est de la sf.....

Pour Brian Lumley, même si dans sa superbe saga de Nécroscope, il est fait usage d'une théorie scientifique assez simple (le noeud de Moëbius) , l'usage qu'en fait l'auteur est nettement parapsychique. Ses vampires sont issus d'un univers parallèle, d'où l'assimilation plutôt juste à du vampirisme lovecraftien (et nons pas une race extraterrestre comme certains ont osé le dire). Si le personnage central, Harry Keogh, est doté de pouvoirs qui en font un surhomme, cela est traité de manière telle qu'à aucun moment on ne dira que c'est de la sf. C'est que la rythmique, dans le récit de Lumley, laisse plutôt la place à la terreur, au tout fantastique, et les vampires sont des entités ensemençant les corps comme dans des films comme The Thing et Alien. Et pourtant, même si on serait tenté de les assimiler à une trame de science-fiction, les entités lovecraftiennes (mais attention, Lumley ne copie plus le maître, son oeuvre est entièrement originale et la meilleure jamais écrite) sont là pour dénoter un référent plus abstrait, un monde parallèle avec des bastions tenus comme de véritables châteaux par des seigneurs vampires asservissant une autre humanité, servile et sans instinct de survie, une espèce d'arrière monde lié au nôtre, ainsi qu'à Dante, quelque part. Ainsi, l'univers parallèle de Lumley a presque la même fonction que celui de Lovecraft, quoique ressemblant au notre par certains emprunts architecturaux et sociaux. Ainsi, bien que situé en dehors même de notre cosmos normatif, celui qui se trouve au-dessus de nous, l'univers de Lumley est trop familier au notre pour être dit, extraterrestre ou au contraire lovecraftien. C'est cette proximité qui l'enclave définitivement dans le fantastique...
Lumley tente de donner une cartographie plus précise à son univers, un peu comme Lovecraft avait brièvement esquissé la chose, dans les nouvelles de Randolph carter. Mais lovecraft s'était toujours amusé à flouer les données immédiates, par ce surréalisme si fidèle à l'imagerie d'André Breton, alors que Lumley invente une territorialité à son univers...

Et en France, on ne traduit presque rien de Lumley, comme c'est déplorable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sf.marseille
Revenant
Revenant
avatar

Nombre de messages : 283
Age : 51
Localisation : Vitrolles
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   15/2/2007, 18:17

Salut,

Avant tout petite mise au point. Il n'y a pas de discussion d'experts ici, mais juste des passionnés qui aiment bien confronter leurs opinions sur un sujet qui ne trouvera jamais de réponses. Mais comme toutes les générations passés et celles à venir, nous aimons bien donner notre version, notre vision des choses en pensant que c'est celle qui se rapproche d'une vérités qui n'est qu'une illusion. Dick en savait quelque chose. Puis quand en face il y a Almuric, là il n'y à pas photos et tout ça est un reel régal.

Nous pourrions sans grande diffcultés ecrire un texte du double de celui de notre ami qui affirmerait le contraire, mais je pense que nous allons eviter. Si la lapidation était en usage, Almuric en gouterez s'il persiste à penser que Lovecraft n'est pas de la SF. Toute l'oeuvre de cet auteur que j'adore repose sur des éléments qui appartiennent indéniablement à la littérature de science-fiction et justement sans ça, son oeuvre n'a plus de sens et resterait sans saveur.

S'il est possible de définir rapidement et sans grande difficulté le coeur du genre, il est illusoire de croire qu'il existe un point de bascule vers les autres genres. Prenons pour exemple, Je suis une légende de Matheson, qui au premier abord parle de vampire et pourrait être assimilé à du Fantastique, et pourtant la thématique qui représente le vampire comme une évolution de la race humaine reste et demeure particulièrement SF... et pourtant mon cher Almuric, ou est l'aspect scientifique dans tout ça ? Je sais, nous disons la même chose et c'est pour ça que j'aime ce genre de discussion Smile .

Donc, pour Almuric, la SF est un état d'esprit... pour moi c'est un genre littéraire et les lecteurs de SF savent bien quand ils en lisent, même si beaucoup affirment le contraire.

AB+ Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sf.marseille.mecreant.org
sf.marseille
Revenant
Revenant
avatar

Nombre de messages : 283
Age : 51
Localisation : Vitrolles
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   15/2/2007, 18:27

Salut,

Almuric a écrit:
Tentes le coup avec " Darwinia ", c'est mon préféré....
Attendons SPIN. Ce roman fait déjà beaucoup parler. Ce qui est fort inquiétant Very Happy .

AB+ Laurent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sf.marseille.mecreant.org
Aphraël
Gentille Chef
Gentille Chef
avatar

Nombre de messages : 2082
Age : 32
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   15/2/2007, 18:33

J'ai une question importante : est ce qu'une lectrice amatrice de romans fantasy à l'esprit ouvert (moi) peut aborder des romans de Wilson sans trop de problème ? Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.troispetitspoints.net/
Almuric
Connaisseur
Connaisseur
avatar

Nombre de messages : 664
Age : 117
Localisation : Ninive
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   15/2/2007, 20:20

sf.marseille a écrit:
Salut,

Avant tout petite mise au point. Il n'y a pas de discussion d'experts ici, mais juste des passionnés qui aiment bien confronter leurs opinions sur un sujet qui ne trouvera jamais de réponses. Mais comme toutes les générations passés et celles à venir, nous aimons bien donner notre version, notre vision des choses en pensant que c'est celle qui se rapproche d'une vérités qui n'est qu'une illusion. Dick en savait quelque chose. Puis quand en face il y a Almuric, là il n'y à pas photos et tout ça est un reel régal.

Nous pourrions sans grande diffcultés ecrire un texte du double de celui de notre ami qui affirmerait le contraire, mais je pense que nous allons eviter. Si la lapidation était en usage, Almuric en gouterez s'il persiste à penser que Lovecraft n'est pas de la SF. Toute l'oeuvre de cet auteur que j'adore repose sur des éléments qui appartiennent indéniablement à la littérature de science-fiction et justement sans ça, son oeuvre n'a plus de sens et resterait sans saveur.

S'il est possible de définir rapidement et sans grande difficulté le coeur du genre, il est illusoire de croire qu'il existe un point de bascule vers les autres genres. Prenons pour exemple, Je suis une légende de Matheson, qui au premier abord parle de vampire et pourrait être assimilé à du Fantastique, et pourtant la thématique qui représente le vampire comme une évolution de la race humaine reste et demeure particulièrement SF... et pourtant mon cher Almuric, ou est l'aspect scientifique dans tout ça ? Je sais, nous disons la même chose et c'est pour ça que j'aime ce genre de discussion Smile .

Donc, pour Almuric, la SF est un état d'esprit... pour moi c'est un genre littéraire et les lecteurs de SF savent bien quand ils en lisent, même si beaucoup affirment le contraire.

AB+ Laurent

Ah, ce sf-marseille, tête de mule qu'on aimerait délicieusement mener au supplice. Lovecraft a cette particularité qui est de pouvoir se lire également comme oeuvre de sf, mais en cela il faut bien entendre ce que veut dire sf chez cet auteur qui détestait la sf. Les sources principales de lovecraft sont Dunsay, Moore, Machen, les gothiques, et quelques autres auteur purement fantastique, mais aussi tout le fatra scientifique de son époque dont il se servait non pas pour raconter des histoire de sf, mais bien des histoires se déroulant dans des univers parallèles pleins de dieux et entités déchues. On se demande donc bien ce que sf-marseille entend par sf dans cet univers...
Son oeuvre, bien que mettant en articulation des DONNEES et THEORIES scientifiques (ne vous attendez quand même pas à y voir des vaisseaux spatiaux) ne fonctionne pas comme telle, elle n'anticipe rien, ne préfigure rien, sauf l'inquiétante étrangeté de notre monde assiégé par des puissances invisibles. Encore une fois, sf-marseille ne va pas comprendre la différence entre genre et fonction, ce qui est un peu triste, mais je lui accorde le droit de dire que lovecraft est de la sf, pour lui, par pour moi et un certain nombre de personnes pensant contre l'avis généraliste posé par certaines analyses, qui bien que pertientes ne me satisfont pas du tout. Comme Dick, Lovecraft est ambigu, symptomatique, mais de plus, il ne répond pas à un besoin réel de déformer le réel ou le cadre de la sf, il est un symptome sans aucune résolution. Peut-être que les deux auteurs se ressemblent-ils un peu à ce niveau, mais les comparaisons s'arrêtent là. En cela, en tant que romanesque symptomatique, HPL est purement fantastique. Il y a de plus une mythologie mécaniste en cours dans son oeuvre, ce qui prouve bien qu'il y a une architectonique dans son oeuvre, une construction relevant d'une théologie négative, avec au sommet un panthéon, que les chercheurs français ont, j'estime, un peu pris par dessus jambe. C'est de la sf pour toi, ça, sf-marseille ? Ce sont des DONNEES éparses, dont il se sert, pas des ELEMENTS. Ce sont ces données scientistes qiui vont lui servir à inventer cet au-delà du monde. Donc, cher sf-marseille, lovecraft n'est pas un état d'esprit, mais bien une particularité romanesque qui use de données, de théories scientifiques ainsi que d'archtypes religieux, proto païens et occultistes (même si l'auteur méprise les spirites) qui ne fonctionnent pas dans le sens d'une démonstration, mais bien dans celui d'une rupture totale avec le monde, la science et la religion, et je crois qu'on peut parler à ce niveau de pathos. C'est cette fiction hypertrophiée du monde qui fait de Lovecraft un monument de la littérature fantastique. Sf-marseille commet l'erreur qu'il croit que je commets avec la sf, il accorde à lovecraft des portées qu'il n'a jamais voulu avoir......

Je suis une légende, c'est bien de la sf, si on accorde au mal étrange dont souffre cette population humaine, un caractère biologique, une maladie. Mais en quoi est-ce donc fantastique ? C'est de la sf, car Matheson se base sur une extrapolation scientifique d'un mal à l'origine de la fin de l'humanité. Où voyez-vous donc des entités, des univers parallèles et autres rites sorciers chez Matheson ???? Il n'y a aucun réferent religieux ou occultiste, chez Lovecraft, oui....
Sf-marseille, je vais te mettre une fessée !!! Laughing
Tu cites un exemple non valide, puisque les prémices posées par l'auteur relèvent de l'ordre du biologique, presque d'une clause naturaliste, attachée à l'espère, non pas à une métaphysique ou des mythes. Il n'y a aucun renvoi à du surnaturel comme le fait lovecraft dans son oeuvre avec son univers mécaniste. Tu en restes sur le fait scientifique, et tu en déduis que comme ce sont des éléments scientifiques, que lovecraft était rationnaliste et qu'il parle de l'univers, alors ce ne pouvait être que de la sf. Et bien non, le fantastique est bien plus varié que cela, c'est la manière dont lovecraft l'aborde qui est unique dans l'histoire de la littérature......
D'ailleurs, indirectement, Lovecraft est l'un des fondateurs de la dark-fantasy, d'où découlent directement des auteurs comme Barker, Stromr Constantine, Lumley, tout simplement parce qu'ils ne se contentent pas de parler des distorisions du réel, par l'introduction d'une donnée inconnue, mais balisent les territoires du rêve et du cauchemar, ils s'aventurent justement sur le terrain des spirites et aux occultiste, pour y insuffler l'horreur, l'existentialisme et quelques stupéfiantes visions à la André Breton.
L'univers dont parle Lovecraft n'est pas le notre, et l'espace qu'il évoque ne sera jamais celui qui déploie sa robe au-dessus de nos têtes. C'est un espace relevant d'une métaphysique, mais fonctionnant selon des lois mécanistes....
Donc, encore une fois, Lovecraft n'est pas un état d'esprit, sf-marseille, il est bien un auteur relevant du fantastique mais d'un fantastique vivifié par une théologie négative, un fonctionnement mécaniste et quelques brillantes ouvertures sur des univers parallèles où attendent les Dieux du ressentiment. Et la manière avec laquelle il nous raconte ses histoires, la narration même dont l'auteur use, relève du pure conte à la Lord Dunsany, mais noir, désespéré, sans repères autre qu'un scientisme basé sur la théorie du chaos et un nihilisme absolu (?) à la Nietzsche. Ce ne peut pas être de la sf, mais plutôt du fantastique.....
Lovecraft use de données scientifiques pour mettre en branle un univers définitivement étranger au notre, mais un univers vivifié par une véritable mythologie, pas de ET comme l'entend la littérature de sf depuis toujours. Lewis et Stapledon pourraient, je dis bien pourraient, relever de la même opération romanesque, même s'ils différents quand aux portées de leurs oeuvres...
Je suis dac avec sf-marseille, on s'éclate bien, on est des passionnés, avant tout, et de fichues têtes de bourriques !!!!
En cela, les oeuvres de Howard et Lovecraft sont parmi les plus laïcs du genre, parce qu'elle s'insèrent dans un vécu, un regard, et une rupture totale avec le dogmatisme légué par le gothique et le romantisme. Ce qui ne veut pas dire qu'ils n'en sont pas les légataires, quelque part....Wink


Dernière édition par le 16/2/2007, 11:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Almuric
Connaisseur
Connaisseur
avatar

Nombre de messages : 664
Age : 117
Localisation : Ninive
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   15/2/2007, 20:21

Aphraël a écrit:
J'ai une question importante : est ce qu'une lectrice amatrice de romans fantasy à l'esprit ouvert (moi) peut aborder des romans de Wilson sans trop de problème ? Embarassed


Commence avec Darwinia, c'est une belle entrée en matière et c'est vraiment agréable à lire.... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aphraël
Gentille Chef
Gentille Chef
avatar

Nombre de messages : 2082
Age : 32
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   16/2/2007, 11:19

Almuric a écrit:
Aphraël a écrit:
J'ai une question importante : est ce qu'une lectrice amatrice de romans fantasy à l'esprit ouvert (moi) peut aborder des romans de Wilson sans trop de problème ? Embarassed


Commence avec Darwinia, c'est une belle entrée en matière et c'est vraiment agréable à lire.... Wink
Merci ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.troispetitspoints.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Robert Charles Wilson   

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert Charles Wilson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imagin'Aix :: L'Imaginaire :: Les livres-
Sauter vers: