forum de rencontre sur Aix
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Interview de Magali Villeneuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cian
Dessinateur officiel d'Imagin'Aix de talent
Dessinateur officiel d'Imagin'Aix de talent
avatar

Nombre de messages : 697
Age : 55
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Interview de Magali Villeneuve   6/5/2006, 00:46

Je vous laisse découvrir l'interview que j'ai réalisée de Magali Villeneuve, illustratrice de grand talent que vous pouvez retrouver sous le pseudo de Mierin (sur le forum de 5S) et Magali (sur celui de CeZaMe).
Vous pouvez également parcourir son superbe Portfolio en suivant le lien magique:


http://mvilleneuve.over-blog.com


Je la remercie tout particulièrement d'avoir pris le temps de me répondre, sachant combien son emploi du temps est surchargé.



Peux-tu te présenter en quelques phrases ?

La pire question pour commencer alors !! Bon, je m’appelle Magali Villeneuve, donc, j’ai 26 ans, je vis près de Nancy et suis originaire de Bordeaux. Je partage ma vie avec mon illustrateur de fiancé depuis quelques années maintenant et… voilà !

L’illustration, est-ce un choix de longue date ?


Oui et non. Je n’ai pas de belle histoire à raconter du genre « je dessinais avant même de savoir marcher ». Cela m’a pris à l’âge de douze ans du jour au lendemain, lorsque j’ai vu la Belle et la Bête de Disney. Un déclic, une révélation quand j’ai vu la bête, si puissante et expressive… C’est marrant, mmhhh ?

Quelle formation as-tu suivie ?


Aucune ! J’ai fait un bac littéraire qui a confirmé mon goût pour les mots. Mais à part quelques vagues cours d’Arts Plastiques relativement inutiles par correspondance, de surcroît, rien du tout. Autodidacte et fière de l’être !

Avais-tu d’autres envies, avant de devenir illustratrice ? As-tu été tentée par la BD, le design, par exemple ?

Eh bien comme je l’ai évoqué plus haut, ma vocation première était le cinéma d'animation 2D tel qu'il est pratiqué Outre Atlantique. Enfin... ETAIT...
Ce rêve m’a suivie jusqu’à l’âge de vingt ans. J’ai même passé la rude sélection du premier tour de l’école des Gobelins de Paris. Différentes raisons, plus « pratiques » qu’autre chose ont eu raison de cette aspiration… Mais je ne le regrette pas aujourd’hui. Pas du tout.


Quels matériels ou logiciels utilises-tu ?


Rien de très mystérieux ! Dans l’ordre d’apparition pour chaque réalisation : papier, crayon, gomme, scanner, Photoshop et tablette graphique. Et une bonne paire de lunettes ! Mais à la demande, je peux utiliser bien d’autres matériaux, cela ne me fait pas peur !

Quelles autres techniques aimerais-tu tester ?

J’ai un peu tout testé à différents stades de mon évolution… Le graphite que j’adore, l’huile que j’affectionne aussi car elle se rapproche de ma manière actuelle de travailler, l’aquarelle, l’acrylique, la sanguine, la pierre noire, le fusain… Mon coup de foudre fut la tablette graphique, et j’ai déjà pas mal à faire pour me perfectionner avec ça ! Le reste, ce sera quand je serai moins occupée, pour la détente !


Une illustration demande-t-elle beaucoup d’heures de travail ?

Enormément. Du rough de base jusqu’à l’apposition de la signature, il se passe en ce qui me concerne 30 à 40 heures en moyenne. Mais il est difficile de faire un compte exact cela dit. Mais c’est extrêmement long car je suis tatillonne !

Ton style graphique correspond-t-il à ton caractère ? Es-tu perfectionniste ?


Oui tout à fait car je me suis toujours refusée à y intégrer quoi que ce soit qui ne vienne pas strictement de moi. Question d’orgueil peut être. Mon style contient tout ce que je suis… A vous de voir de quoi je parle !! *rire sous cape*
Perfectionniste ? Oui, oui et re-oui ! Peut être trop… Je ne sais pas… Je crois que c’est cette exigence envers moi-même qui m’a toujours fait avancer, alors je ne la renie pas, même si elle est parfois bien lourde à porter !!

Préfères-tu travailler à partir d’un thème ou d’une demande plus précise (illustrer une scène bien précise d’un roman, par exemple) ?

Pas nécessairement. Les deux sont des exercices intéressants. J’aime m’imprégner d’un texte et de l’émotion qu’il contient, tout comme j’aime laisser libre cours aux divagations de mon esprit. Mais je ne préfère ni l’un ni l’autre. La motivation peut venir de n’importe où n’importe quand.

Fais-tu beaucoup de croquis préparatoires avant de commencer ton illustration ?


Je sais toujours très précisément ce que je veux et comment je le veux car j’ai un pouvoir de visualisation intérieure assez puissant je crois. Mes personnages, leur visage, le décor, tout existe dans ma tête avant que je ne le couche sur le papier. Pas de surprise, ce n’est que de la concrétisation.

Te sers-tu souvent de documentation ? Est-elle indispensable ?

Pas indispensable. Importante oui, mais ça dépend aussi des dessins. Trop de documentation apporte trop d’influence, chose que je refuse. Pas assez peut conduire à l’inexactitude. Le dosage varie selon le dessinateur je crois.

Cela t’arrive-t-il d’abandonner un dessin dont tu ne parviens pas à être satisfaite ?


Avant oui… Il y a quatre ans environs, je croulais sous les concepts inachevés. Maintenant, ma vision des choses s’est affinée, je suis plus déterminée. Et comme je n’aime pas gâcher le papier… Hi !Hi !Hi ! Sérieusement, cela aussi c’est lié au fait que je visualise très précisément ce que je veux avant de le faire. Je ne ressens donc pas le besoin de m’y reprendre à plusieurs fois. Si ça ne vient pas tout de suite, c’est que ce n’est pas bon DU TOUT, selon moi.

Etre illustrateur demande-t-il un important investissement ?

Un investissement personnel, oui. J’ai toujours considéré cela comme un sacerdoce, véritablement. Si vous ne pouvez concevoir l’idée de passer des journées, des nuits à travailler, de vous couper un peu du monde par la force des choses, de vivre en luttant pour trouver le prochain contrat, alors ce métier n’est pas fait pour vous. C’est des années avant d’y arriver, pour réaliser au final que l’on n’est jamais parvenu. Et puis mieux vaut avoir un conjoint soit très compréhensif, soit dans le même milieu, ou soit très passionné par quelque chose lui-même. Parce que sinon il (ou elle) peut vite ressentir ça comme un abandon. Parce que dans ce métier, le travail ne s’arrête pas juste parce que vous avez posé le crayon. L’esprit ne décroche jamais totalement…
C’est le fil du rasoir chaque jour… Terrifiant, hein ?? Je sens que je vais briser quelques vocations moi !!!!

Es-tu en relation avec d’autres illustrateurs, et collabores-tu à des projets communs ?


Pas vraiment, si ce n’est mon conjoint bien sûr avec lequel j’échange beaucoup et qui m’est d’une aide et d’un soutien précieux. A part cela, je suis plutôt dans mon coin. Ce qui n’est pas plus mal, car ce métier est régi par de grosses questions d’ego qui m’exaspèrent souvent. Je préfère ne pas trop m’investir avec d’autres « collègues » car cela tourne plus ou moins toujours à la compétition, et je déteste ça . Faute de pouvoir avoir des échanges constructifs et désintéressés, je m’abstiens.

Dessines-tu pour ton plaisir, une fois que les travaux urgents sont achevés ?


Cela peut arriver, mais c’est rare en fait. Le travail aussi c’est le plaisir… Et puis comme les journées ne font que 24 heures… Mais cela n’exclue pas quelques dessins pour des proches, des amis, et des petits dessins rigolos pour me détendre un peu. Mais je ne m’amuse jamais autant qu’avec mes dessins « sérieux » à vrai dire !

Qu’est-ce qui t’inspire tout particulièrement ?

Wah ! Question difficile ! Au risque de faire une réponse de normand, je dirais « tout »… Comment choisir ? Cela reviendrait à dire que chaque dessin naît du même sentiment, de la même envie… C’est différent à chaque fois. Quand on dessine, on a envie de tout explorer, de « butiner » de ci de là… C’est pour cela que c’est sans fin, toujours différent, et fantastique !


Quels rapports entretiens-tu avec la fantasy et le fantastique ? Aimes-tu cette littérature de l’imaginaire ou t’en tiens-tu aux illustrations ?

Bien sûr j’adore la fantasy. Parmi tout ce qu’il m’a été donné de lire, c’est la fantasy qui m’a offert mes plus fortes sensations de lecture. Je considère cela comme un genre difficile, subtil, d’une extrême noblesse, porteur de la beauté, de la poésie et de la puissance qui font cruellement défaut à notre monde. Je ne supporte pas ce boulet dont la fantasy a encore du mal à se délester : celui qui veut faire passer ce genre pour un genre bâtard, pauvre et négligeable. Ceux qui prétendent cela n’ont pas dû tomber sur les bons auteurs. S’ils savaient de quoi ils se privent…


Quels conseils donnerais-tu à des débutants souhaitant faire de l’illustration leur métier ?

D’un côté, qui suis-je pour me permettre cela… Mais je veux bien parler en terme de ressenti purement personnel.
Soyez sûrs de votre choix, réfléchissez bien… Et puis ensuite cela se résume à quelques mots : un travail incalculable, de la volonté, de la passion, de l’humilité et quelques sacrifices.
Le temps de travail se multiplie par 10 ou par 20 comparé à un travail normal, les 35 heures , les congés payé et le dimanche cela n’existe pas… Et la concurrence est rude et a les dents longues…
De plus, il ne faut pas croire que l’on est prêt à devenir illustrateur parce que l’on dessine 3 ou 4 heures par jour, ou parce que l’entourage vous dit que vous êtes bons.
Bien des gens se croient capables et finissent par tomber de très haut une fois confrontés aux vrais gens du métier, juste parce qu’ils auront manqué de cette fameuse humilité et du recul nécessaire sur eux même. Rien que cela, c’est une discipline de fer… Et il faut accepter l’idée de ne jamais atteindre l’illusoire « sommet de son art ». Ce sommet n’existe pas, même pour les meilleurs…
Mais du moment où l’on est passionné pour de bon et que l’on sait ce que l’on veut, le reste apparaît très vite bien dérisoire…

_________________

Cian, tigre qui aime beaucoup Mieirin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Interview de Magali Villeneuve
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA DERNIERE TERRE (Tome 1) L'ENFANT MEREHDIAN de Magali Villeneuve
» [Magali Villeneuve] La Dernière terre, tome 2 : Des certitudes
» Gauri parle de SRK...interview de 2000
» La petite Emission #8 : Interview de Simon Bisley
» Annie Villeneuve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imagin'Aix :: Les projets littéraires et les interviews :: Les interviews-
Sauter vers: